Systématiquement…

26 juin

Systématiquement, les réunions auxquelles j’assiste sont majoritairement composées d’hommes.

Pendant ces réunions, si les plus hauts placés hiérarchiquement prennent largement la parole, je constate que les femmes ont un temps d’intervention systématiquement inférieur et elles parlent généralement en dernier.

A l’issue de la réunion, c’est systématiquement vers une femme que l’on se tourne pour savoir qui fera le compte rendu de la réunion.

Ça me met systématiquement en colère et systématiquement je me dis qu’à mon niveau il n’y a pas grand chose à faire.

Quotas dans l’administration fédérale en Belgique

29 mar

Une bonne nouvelle sur le front de l’égalité!

Le gouvernement belge a décidé d’imposer 33% de femmes à l’horizon 2013 dans les postes à responsabilité de l’administration fédérale. Ce secteur ne compte aujourd’hui que de 13% de femmes parmi les top managers et 27% parmi les fonctionnaire-chefs. C’est la vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Egalité des Chances, Joëlle Milquet, et le Secrétaire d’Etat à la Fonction publique et à la Modernisation des Services publics, Hendrik Bogaert, qui ont porté cette mesure qui s’ajoutent à un ensemble de réalisations assez exemplaires visant à la féminisation de l’administration fédérale:

- Un réseau de femmes,

- Un service spécifique pour celles souhaitant exercer un poste de manager,

- Les descriptifs de postes de managers ont été adaptés et rendus neutres après une analyse des genres,

- Une formation en "sélection et diversité" comprenant des thèmes liés au genre est obligatoire pour tous les experts en sélection du Selor (organisme centralisant les demandes d’emploi dans l’administration).

Si ces mesures ont permis d’accroître le nombre de candidates aux postes de management, ce sont encore des hommes qui occupent majoritairement ces fonctions, malgré des taux de réussite aux tests de recrutement similaires.

Les blocages existent à deux niveaux:

Le plafond de verre fait que les femmes ne candidatent pas à un poste à responsabilité, par manque d’exemples dans la société ou par manque de temps (les femmes assurent 80% des tâches ménagères).

Le plancher de verre fait que les personnes, majoritairement des hommes, en charge de sélectionner les candidats freinent l’ascension hiérarchique des femmes en choisissant des profils similaires au leur (reproduction sociale) et appartenant à leur réseau.

L’introduction des quotas agit à ces deux niveaux. Ils contraignent les recruteurs à dépasser leur schéma de sélection et la féminisation de la hiérarchie d’une organisation en résultant permet de pousser la candidature d’autres femmes qui peuvent se projeter dans un profil de poste à responsabilité.

Les résultats des tests du Selor, comme des données plus larges (forte présence des femmes parmi les diplômés) montrent que les femmes sont aussi compétentes que les hommes. Avoir un faible taux de féminisation signifie donc pour une organisation de se priver des meilleurs candidats, et ça se paye. Comme le note Joëlle Milquet: “Il y a une corrélation entre les performances économiques d’un pays et son niveau d’égalité entre les femmes et les hommes. Il est en effet frappant de constater que parmi les pays européens, presque tous les Etats dont le PIB est supérieur à celui de la Belgique (Islande, Norvège, Suède, Danemark, Irlande, Pays-Bas, Suisse, Grande-Bretagne) ont des meilleurs résultats en matière d’égalité femmes/hommes. Nous devons donc nous employer à progresser encore davantage."

Un exemple à suivre!

Aparté 29 mar

Hier, alors qu’on parlait organisation du temps de travail et garde d’enfants avec des collègues, l’un d’entre eux dit:

"Vous les femmes, vous n’avez pas de chance! Dès que vous avez un enfant, vous devez trouver un mode de garde ou vous débrouiller pour travailler moins"

Je ne savais pas qu’on était capable de faire un enfant seule… Dingue!

Aparté

"Elle est mignonne!"

21 mar

LE grand sujet du moment, c’est bien sûr les élections présidentielles. Comme j’aime la politique, c’est toujours l’occasion d’échanger sur les programmes et les pronostiques pour le jour J.

Ce jour là, c’est avec un ami d’ami que je me trouve à parler du Front de Gauche quand soudain:

Lui: "j’ai croisé Clémentine Autain la dernière fois à tel endroit (oui, bon, OK, je n’ai pas retenu le lieu exact, mais ce n’est pas l’important ici). Elle est très mignonne."

C’est à ce moment là que je suis tombée de ma chaise. Entendons-nous bien: moi aussi je trouve Clémentine Autain très mignonne (Clémentine, si tu passes par là…) mais ce que j’aime avant tout chez elle, c’est son engagement féministe et politique, son sérieux dans la façon dont elle aborde les questions économiques et sociales et son analyse de notre modèle politique.

Dans le même genre, mon boss avec qui je débriefe une réunion à laquelle il s’est rendu et à qui je demande si une nouvelle arrivée dans la boîte a fait une bonne présentation.

Lui: "Oui, enfin, qu’est ce qu’elle est moche!"

Je n’ai pas de problème pour parler du physique des gens, il y a des personnes que je trouve belles, d’autres dont le physique ne me plaît pas. Mais est ce que donner en premier lieu un avis sur le physique d’une personne alors que celle-ci est citée dans contexte autre (politique, professionnel…) est juste? Et surtout, est ce que ces personnes aurait fait le même genre de réflexion à propos d’un homme?

"Ah! j’ai croisé Jean-Luc Mélanchon hier, qu’est ce qu’il a de beaux yeux"

"J’étais en réunion avec M. Truc hier, il a vraiment un gros cul!"

Education et égalité

16 mar

Image

Si tu t’es baladé(e) un peu sur ce blog, tu auras compris que je suis pour l’égalité femmes-hommes et que je pense même qu’il faut agir sur plusieurs facteurs pour l’atteindre.

Un des axes incontournables pour viser l’égalité femmes-hommes est l’éducation. Aussi, quand j’ai su que j’attendais une fille, j’ai beaucoup cogité sur ce qu’il fallait que je mette en place pour ne pas la conditionner dans une image stéréotypée.

J’essaye de constamment questionner la façon dont je m’adresse à elle avec parfois quelques excès.

Me fille est belle. Objectivement (j’en ai vu un(e) au fond plisser le nez en disant que je ne peux pas être objective, vu que c’est ma fille (je t’emmerde)), c’est un beau bébé. Quand je la vois, je lui dis souvent "t’es belle" (et ça la fait marrer). Est ce que si j’avais un garçon, je lui dirais aussi souvent qu’il est beau? Est ce qu’à force de dire à ma fille qu’elle est belle, je ne risque pas de sous-entendre le fait qu’elle se doit d’être belle parce que c’est une fille? Du coup, je rajoute à chaque fois "et tu es la plus intelligente aussi", histoire d’équilibrer un peu les choses.

L’UMP et le (non) front républicain

21 mar

Au lendemain du premier tour des élections cantonales, on se réveille comme un dimanche matin après un samedi soir à boire du rosé tiède: avec une sévère gueule de bois.

La cause?

Une abstention à 54% et un Front National à plus de 15% au niveau national (alors que le parti de Marine Le Pen n’avait présenté des candidats que dans 78% des cantons à renouveler).

Si on ajoutez à ça l’intervention honteuse de Jean-François Copé hier soir qui annonce qu’il n’a que faire du front républicain, alors que le deuxième tour verra le PS et le FN s’affronter dans 204 duels, on peut ajouter de la vodka bas de gamme à la bouteille de rosé, et en plus du mal de crâne, on a la nausée.

Je me souviens de l’appel unanime de la Gauche au lendemain du premier tour tour de l’élection présidentielle de 2002, de l’effort que tous ces responsables politiques d’abord,  des militants et des citoyens ensuite, mettant à contre cœur un bulletin pour Jacques Chirac dans l’urne pour contrer l’extrémisme, assurant au passage une réélection avec le taux le plus haut de la Cinquième République. Comment des responsables politiques peuvent se permettre de tenir ce discours au nom de "la droite et la gauche, ce n’est pas la même chose"? En effet, belle illustration, la Gauche et la droite, ça n’a rien à voir. Pendant que les uns font la course aux électeurs exploitant de façons nauséabonde les thématiques du Front National, favorisant son émergence, d’autres font front quoiqu’il arrive à l’intolérance et à tout ce qui vide notre République de ses valeurs fondatrices.

On s’en souviendra en 2012 quand, après 13 mois passés à nous expliquer que la laïcité, c’est exclure les musulmans, à déblatérer sur les immigrés qu’on devrait remettre dans des bateaux, à faire des blagues dont la chute est "quand y’en a un, ça va, c’est quand y’en a plusieurs…", à traiter en sous Hommes certains catégories de personnes et à détricoter le tissus social de notre pays, le Front National atteindra des niveaux historiques et que la droite nous expliquera que c’est à cause de la division à gauche.

Sans blagues.

cantonaux

17 mar

Dimanche, les habitants de certains cantons sont appelés aux urnes pour le renouvellement des élus (cliquez là pour connaître la liste des cantons concernés)

J’ai reçu hier les tracts des différents candidats pour les élections cantonales. Seuls deux partis sur six ont une candidate et un suppléant, mais ils ne correspondent pas aux partis pour lesquels j’ai envie de voter. Pourtant, j’en ai marre du sempiternel quinquagénaire blanc cumulard et sa suppléante.

Grumpf.

(la photo, c’est pour se détendre. je l’ai prise à la manif du 5 Mars)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.