Archive | janvier, 2010

Le dimanche en musique #2

31 Jan

Let me introduce… The Patriotic Sunday

Deux albums au compteur pour ce groupe nantais, mais bien plus pour l’ensemble ses membre qui ont chacun plusieurs cordes à leur arc.

Voici le clip de Jonas, titre phare de l’album « Characters » qui date d’octobre dernier.

Enjoy…

Publicités

Sites anti-ivg, une action concrète

29 Jan

J’ai reçu un email de l’auteure de l’article dénonçant un site soi-disant à but informatif sur l’IVG et qui donne de fausses informations. (pour rappel).

Elle a eu la bonne idée d’acheter les noms de domaines sos-ivg.fr et sos-ivg.net et d’en faire un site d’information objective sur l’IVG.

Le but est d’améliorer le référencement de ce site, de sortes qu’il arrive avant les sites mensongers lors d’une recherche « ivg » ou « avortement » sur google.

Un coup de main? Cliquez sur les deux liens sos-ivg.fr et sos-ivg.net!

merci!

On parle des McCain, filles.

28 Jan

Je demande une standing ovation à Cindy McCain, femme de vous savez qui, qui pose aujourd’hui contre la proposition 8.

Ce référendum populaire a obtenu 52% de oui et a entraîné l’illégalité du mariage de deux personnes du même sexe en novembre dernier en Californie.

On se doute que ça n’a pas du être facile à faire, avec le poids de son mari et de ses conseillers en communication. Sa fille Meghan avait déjà posé pour la même campagne.

Revue de presse #2

27 Jan

Une revue de presse toute en contradiction aujourd’hui.

On commence avec un article du Figaro qui présente le rapport annuel du Bureau International du Travail.

Le nombre de sans-emploi dans le monde a atteint près de 212 millions en 2009, en raison d’une hausse sans précédent de 34 millions par rapport à 2007, à la veille de la crise économique mondiale.

L’article souligne les disparités régionales (l’Europe très touchée) et générationnelles (les jeunes trinquent).

Un autre article de Libé reparle de la réforme des programmes des lycées, notamment en SES. Déjà que l’option en prend un sacré coup, puisque de 3h on passe à 1h30 hebdomadaire de SES OU de « principes généraux de l’économie et de la gestion » (ce qui ne veut absolument rien dire, au niveau lycée). Bref. Là on apprend un truc encore plus marrant (oui, c’est ironique):

Les nouveaux programmes, selon l’association des profs de SES, évacuent les questions de société, comme le pouvoir d’achat ou le chômage.

Voyez le rapport? Dans un contexte de crise économique, de hausse du chômage et de recul du pouvoir d’achat, on se dit que oui, finalement, c’est peut-être pas trèèèès important que nos jeunes maîtrisent ces questions.

par contre, la gestion, OUI! fondamental tout ça!

Dans un article du Monde, on parle du forum économique de Davos. On y apprend que les chefs d’entreprises ont la patate:  selon une étude d’un grand cabinet de conseil,

81 % des chefs d’entreprise se déclarent « confiants » ou « très confiants » pour l’année à venir contre 64 % l’an passé.

MAIS! mais, mais….

Le prolongement de la récession est considéré comme la préoccupation majeure des dirigeants pour l’année à venir (65 %) suivi de près par l’excès de réglementation (60 %). 27 % des dirigeants se déclarent même « particulièrement inquiets » par ce dernier sujet.

Un article de Libé nous parle, lui du moral des ménages, avec un titre qui se suffit à lui même:

le moral des français fait du surplace

ouais. ET!…

les ménages sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage

ah bah oui, chacun ses problèmes!

Célébration du 65ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Dans un article du Figaro on apprend que

Benoît XVI a dénoncé la « cruauté inouïe » des camps d’extermination de l’Allemagne nazie lors de son audience générale

… il veut aussi béatifier Pie XII…

Et pour finir en riant un peu (beaucoup), un article du Nouvel Observateur nous apprend que

Jean Paul II se flagellait avec une ceinture et dormait à même le sol par mesure de pénitence et pour se rapprocher de la perfection chrétienne

ah ouais, quand même!

Les prolife, incognitos sur la toile

26 Jan

Pour les lecteurs ou lectrices recherchant des informations sur l’IVG, je vous recommande ce site.

J’ai découvert le site Zone Zéro Gêne qui publie aujourd’hui un article sur un site internet traitant de l’avortement. Si celui-ci paraît pro choix lors du premier coup d’œil (existence d’un numéro vert d’écoute, plusieurs articles), il suffit d’y regarder un peu plus près pour se rendre compte qu’il prône le non avortement. Je vous laisse lire l’article sur ZZG, très bien fait et documenté.

Je constate néanmoins que le réseau prolife est très présent sur la toile. On peut distinguer deux types de sites:

– les sites affichant clairement leurs ambitions de lutte contre l’avortement

– les sites prétendant être une source de documentation, voire de conseils aux femmes enceinte en détresse.

Dans les deux cas, les textes reprennent les mêmes arguments fallacieux, les mêmes contre vérités (PAS, par exemple) et les mêmes approximations ni sourcées ni précisément chiffrées. Par contre aucune trace d’arguments « moraux » ou religieux dans le deuxième type de site.

En tapant « avortement » sur google, le neuvième résultat est celui d’un site prétendant être au service de l’information, la courte description sous le lien est :

Site sur l’ avortement (IVG) en France et dans le monde. Toute l’actualité récente. Historique, statistiques, définitions, dossiers, banque vidéo…

En tapant IVG sur google, le neuvième site est du même acabit (celui dont parle ZZG), en pire (si c’est possible)… Voici la description qu’on y trouve:

IVG.net : centre national d’écoute anonyme et gratuite, Avortement ( IVG ) en France · Violences conjugales et IVG · consultation en centre IVG

En allant sur les deux, je trouve que la ressemblance des deux est assez troublante. Au niveau design.

Je me demande donc qui est derrière ces sites. Je vais donc sur Whois et lance une recherche par nom de domaine. Bluffant.

Je vous le donne en mille, ce deux sites sont détenus par deux associations différentes, toutes deux hébergées (physiquement) à la même adresse…

Sans Blagues!

Les états généraux de la femme

22 Jan

J’ai entendu dans la revue de presse sur France Inter ce matin que Elle lançait les états généraux de la femme.

Après avoir tiqué sur la formulation (peut-on parler de LA femme?), j’ai été curieuse d’en savoir un peu plus. Une rechercher sur google plus tard, je me retrouve sur une page du forum du site elle.fr. Je lis alors le message posté par La Rédaction le 5/11/2009 que voici:

En 1970, Elle organisait les Etats généraux de la femme. Un immense débat était lancé pour connaître et faire connaître les aspirations des femmes. La photographie de l’époque, on la voit en noir et blanc: c’est le père de famille trônant à la table du dîner; les mères venant chercher les enfants à l’école, s’occupant du repas, mais travaillant peu; les jeunes femmes mettant en danger leur vie pour se faire avorter clandestinement; les mères célibataires honteusement désignées du doigt…En quarante ans, tout a changé. Et pourtant, il reste beaucoup à faire. l’égalité professionnelle n’est pas au rendez-vous,  la parité en politique est une blague récurrente, la liberté conquise dans le couple, ce n’est pas toujours facile. Durant sept mois Elle.fr et notre journal, nous vous invitons à prendre la parole. Quelles sont les plus belles étapes du chemin parcouru? Quelles sont vos attentes, vos craintes et vos espérances nouvelles?

Introduction intéressante, je m’empresse d’aller lire les contributions des lectrices qui sont… au nombre de 5, dont une réclamant que l’on arrête de demander l’égalité.

Je ne lis pas régulièrement Elle le journal et me demande si le nombre des contributions est le même.

Cette initiative étant sensée durer 6 mois, RDV fin avril pour voir quelles en sont les conclusions…

Dans le monde des prolife…

20 Jan

Pour celles et ceux recherchant des info sur l’IVG, je vous recommande ce site.

Passablement énervée par la manif prolife du 17 janvier, j’ai un peu creusé le sujet et découvert le monde des prolife.

Je me suis rendue sur le site du collectif de « En marche pour la vie » qui regroupe plusieurs associations militant contre l’avortement et l’euthanasie, sans appartenance politique ou religieuse (qu’ils disent). Ainsi, une charte a été mise en place demandant aux associations composant le collectif de ne pas afficher leur logo ou slogan propre. Il y a aussi des demandes plus étranges comme:

Notre Marche est sans lien avec toutes choses blessantes qui seraient adressée aux femmes ayant subi un avortement. Nous aimons ces femmes et souhaitons leur guérison et leur aide.

« Leur guérison et leur aide »? L’avortement est traité ici comme une maladie…

Dans le même ton, un autre document liste des objections auxquelles les manifestants sont souvent confrontés et donne des éléments de réponse à celles-ci. On trouve:

Objection N°4 : « regardez la manifestation contre le PACS : ça n’a rien arrêté… »

Critiquer les victoires politiques de la Gauche dans un mouvement sensé être apolitique ne fait que discréditer ce mouvement…

Le principal objectif de la manifestation est de rétablir « le droit d’accès des femmes a une information sereine sur les possibilités d’aide a l’accueil de leur enfant », supprimé par la loi Aubry de 2001. Le site propose un « dossier de réflexion et de témoignages est destiné aux responsables d’associations ou de structures sociales, aux femmes enceintes en situation de détresse ». Je passe sur la partie témoignages (au nombre de trois, où des femmes racontent à quel point elles regrettent cet acte et que ô combien tout aurait été différent si elles avaient pu croiser une association d’aide à ce moment) pour m’intéresser plus à la partie « réflexion », dans laquelle on nous propose un « bilan sans idéologie ni faux-semblants ».

Passons une fois de plus sur l’idéologie et les faux-semblants, pour se pencher sur l’accumulation de données non sourcées trouvées dans le texte.

l’avortement vient faire effraction dans un lieu intime du corps de la femme, et peut entraîner des conséquences physiologiques irréversibles.

En réalité, le risque de mortalité après un avortement est dix fois inférieur à celui ayant lieu après un accouchement (Office fédéral de la statistique, Alan Guttmacher Institute, Bartlett LA et al. Obstet Gynecol 2004; 103:729-37, Berg et al. Obstet Gynecol 2003; 101:289-96, Gissler M et al. Am J Obstet Gynecol 2004; 190:422-7).

Les femmes qui ont avorté ne se distinguent pas quant à leur bien-être psychologique des femmes qui ont mené à terme une grossesse non planifiée (American Psychological Association APA « Report of the APA task force on mental health and abortion« , 5.7.2008, Charles Vignetta E. et al. « Abortion and long-term mental health outcomes: a systematic review of the evidence ». Contraception 78 (2008) 436-450). De plus, en France, un rendez-vous avec un(e) psychologue est obligatoire avant l’acte abortif (médicament ou intervention chirurgicale).

De nombreuses études ont mis en relief l’existence d’un véritable Syndrome Post-Abortif, qui peut donner lieu à des symptômes dépressifs, voire des suicides.

La sociologue britannique docteur Ellie Lee de l’Université de Southampton a expliqué comment le soi-disant Post Abortion Syndrome (PAS) avait été créé de toutes pièces aux Etats-Unis, dans les années 80, par le mouvement antiavortement qui était alors à la recherche de nouveaux arguments. La notion de PAS ne correspond à aucune définition médicale et n’apparaît dans aucun ouvrage scientifique. (Lee E. « Abortion, Motherhood and Mental Health: Medicalizing Reproduction in the US and Britain », AldineTransaction, 2004)

J’ai trouvé toutes ces info sur le site Avortement – interruption de grossesse, informations objectives.

Enfin, de nombreux travailleurs sociaux et psychologues, attirent notre attention sur le désarroi de nombreuses femmes devant une grossesse inattendue. (…) L’obliger alors à faire un choix tel que celui de garder ou non son enfant est un non sens psychologique et humain, car tout son être est en émoi, son affectivité est accrue.

Outre le terme « de nombreux » qui permet de ne citer aucun nombre précis, il faudrait ici que la femme ne puisse pas choisir, parce que la grossesse la culpabilise. On se souvient ici que la principale revendication de la manifestation est de donner accès aux femmes enceinte à de l’information pour leur prise en charge, soi-disant pour mieux aiguiller leur choix (et qu’elles ne se retrouvent pas de le cas des femmes témoignant dans le même document en disant regretter leur acte). Bonne cohérence…

d’un maximum de 60.000 avortements estimés avant cette loi (de 75, ndlb) , la France est passée en quelques années à 180.000 puis à un plateau à plus de 200.000 par an²

Niveau sources, l’indice renvoie à:

Chiffres officiels du nombre des IVG, qui exclut les effets pourtant abortifs du stérilet, de la « pilule du lendemain » et de la pilule Ella One, dite « du surlendemain. »

Ca c’est de la source!

Bon, en réalité, ces chiffres sont justes. Ce qu’oublient de mentionner les auteur(e)s de cette documentation, c’est que la méthode de comptabilisation a changé dans les années 1990, afin d’obtenir un chiffre le plus réel possible. (plus d’info). Il est donc complètement idiot de vouloir comparer les chiffres et encore plus lorsqu’on le fait en valeur absolue. Le mettre en parallèle avec le bien-être des femmes, l’allongement de la durée de leurs études et l’accession à un meilleur job pourrait être intéressante.

L’avortement apparaît, en définitive, comme le meilleur moyen de finaliser son projet contraceptif.

bon, là on est hors toute catégorie, tellement la bêtise est énorme. Deux lignes au-dessus, ils expliquaient justement que la plupart des avortement chez les moins de 20 ans avaient lieux car pas de prise de contraception…

Viennent ensuite une accumulation de petites phrases, de Jesus Christ à Mère Téresa, en passant par Lao Tseu, suivant des prises de positions utilisant des expressions comme « il faut que », « attentat à la vie humaine », « loi naturelle commune aux hommes » (oui, oui, sans majuscule), « l’enfant est un don » (ah bon, pour moi c’est un choix de couple…), « le bien commun de la société réside dans l’homme » (oui, oui, toujours sans majuscule).

C’est la partie la plus drôle (façon de parler) quand on garde en tête l’engagement apolitique et non religieux affiché. J’ajoute que sur le site du collectif on trouve des photos d’une veillée  de prière organisée pour l’évènement, ainsi que la prière pour la vie de Jean-Paul II.

Amen.