Une femme à la tête du Brésil

2 Nov

Si on attendait une élection de Dilma Rousseff dès le premier tour et haut la main, il aura fallu attendre le 31 Octobre pour voir la première femme arriver à la présidence de ce grand pays qu’est le Brésil.

Mais le plus dur reste devant elle, entre construction d’une présidence propre et sans Lula en marionnettiste, lutte contre les mouvements religieux, dilemme entre économie et programmes de développement.

L’avortement reste le point noir de Dilma qui a dû signer un engagement entre les deux tours à ne pas revenir sur cette interdiction pendant son mandat.

Lula avait déjà eu à gérer ce clivages entre religion (un pilier aussi important que le foot au Brésil) et développement. Sa solution avait été de se déclarer personnellement opposé aux programmes de contraception et de prévention mais que sa responsabilité de chef de l’Etat était de se pencher sérieusement sur ce problème du nombre de grossesses non désirées, d’avortements clandestins et de décès causés par ceux-ci.

Tout reste donc à faire pour Dilma sur les questions des droits des femmes dans ce géant économique mais dont les inégalités restent importantes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :